Le label « fait maison » en restauration

Depuis 2014, le label « fait maison » s’impose dans la cuisine française pour tous les restaurants et traiteurs faisant de la vente sur place ou à emporter.

Ce label permet d’être plus transparent envers le client et de mieux l’informer sur la fabrication des plats proposés : entrées, plats, desserts. De plus, il permet de valoriser le travail du chef cuisinier car le « fait maison » n’est retenu que si la confection des plats a été réalisée au sein de l’établissement, à partir de produits n’ayant subi aucune modification.

Si vous souhaitez faire apparaître le logo (en forme de maison) ou utiliser la mention « fait maison » sur vos menus ou la devanture de votre restaurant, assurez-vous que le plat mis en avant avec ce logo ou cette mention soit bien brut ou cuisiné sur place. C’est-à-dire que celui-ci ne doit pas être modifié, ni assemblé, et ne doit pas comporter d’additifs. Certains produits font cependant exception à la règle comme le pain, le café, le fromage, les assaisonnements, les vins et alcools ainsi que les charcuteries, …

Rappel sur la définition d’un produit considéré « fait maison » selon le décret n°2014-797 du 11 juillet 2014 :

Le produit brut réceptionné par le restaurant est :

  • Fumé, salé, réfrigéré, congelé, surgelé ou encore conditionné sous vide.
  • Epluché, découpé, désossé, … toutes les pratiques cuisinières qui travaillent le produit brut.

! Exception sur les pommes de terre qui ne peuvent pas être désignées « fait-maison ».

De ce fait, si vous êtes dans le cas d’une fabrication de produits faits maison qui ne concernent pas la totalité de la carte de votre restaurant, vous devez apposer le « fait maison » à chaque produit concerné. Si dans le cas contraire, tous vos produits proposés sont faits maison vous pouvez uniquement mettre la mention à un endroit visible de tous.