Ostréiculteur

Nos agences de Gujan-Mestras et d’Andernos les Bains accompagnent les ostréiculteurs de la Gironde

La Gironde compte plus de 310 ostréiculteurs. Les 2/3 pratiquent leur activité d’ostréiculture dans les différents ports du département. Les ostréiculteurs girondins produisent de 7000 à 8 000 tonnes d’huîtres à l’année, ce qui représente environ 35 millions d’euros de chiffre d’affaires. La grande majorité des ostréiculteurs est installée autour du bassin d’Arcachon. Le cabinet d’expertise-comptable et de conseil en entreprise CERFRANCE Gironde a installé, en conséquence, 2 de ses 12 agences autour du Bassin d’Arcachon afin d’être au plus près des préoccupations et des attentes des ostréiculteurs girondins. Les experts-comptables et les conseillers d’entreprise des agences de Gujan-Mestras et d’Andernos les Bains accompagnent, au quotidien, les ostréiculteurs dans la gestion et le développement de leur entreprise.

L’HUÎTRE : REINE DU BASSIN D’ARCACHON

Les huîtres avaient déjà colonisé le Bassin d’Arcachon, à l’époque où les romains se sont installés en Gironde. Au début, c’était un gisement naturel de gravettes (huître plate). La gravette fut remplacée par l’huître portugaise, puis japonaise, que l’on connait aujourd’hui sous l’appellation « Huître d’Arcachon ».Le Bassin d’Arcachon peut être considéré comme le berceau de l’ostréiculture à plus d’un titre. Il fait office de pouponnière pour les naissains destinés aux producteurs de l’Europe entière.
Gujan-Mestras est la capitale ostréicole du Bassin. Il était normal que le cabinet d’expertise-comptable et de conseil d’entreprise CERFRANCE Gironde y installe l’une de ses 2 agences. Mais afin de couvrir tout le Bassin d’Arcachon, CERFRANCE Gironde a également implanté une agence sur la rive nord à Andernos les Bains.
Les experts-comptables, les juristes et les conseillers sont ainsi proches de leurs nombreux clients et partenaires. Grâce à cette proximité, ils aident quotidiennement les ostréiculteurs dans la création, la stabilisation et le développement de leur entreprise. Les équipes de CERFRANCE Gironde sont des acteurs connus et reconnus pour leur engagement dans le développement de l’une des activités économiques dominantes du Bassin : l’huître d’Arcachon.

CERFRANCE GIRONDE ACCOMPAGNE LA MODERNISATION DE L’OSTRÉICULTURE

Le Département de la Gironde agit à plusieurs niveaux pour aider le secteur de l’ostréiculture. Le cabinet d’expertise-comptable et de conseil d’entrepriseCERFRANCE Gironde, lui, accompagne les ostréiculteurs dans leurs démarches de demandes d’aides et de subventions.Le double objectif de cet accompagnement est la volonté d’aboutir à un secteur de plus en plus moderne et de participer au renouvellement de la profession. Si les experts-comptables, les conseillers et les juristes de CERFRANCE Gironde s’engagent au quotidien pour soutenir et développer les activités des ostréiculteurs, c’est également pour contribuer à une évolution durable, synonyme de qualité. Le régime spécifique d’aide départementale permet la création ou la transformation de nombreux bâtiments ostréicoles, ainsi que le renouvellement de bateaux.
Le cabinet CERFRANCE Gironde aide les différents acteurs de l’ostréiculture à prendre les bonnes décisions pour faire de leur développement, une réussite. Après une étude prévisionnelle d’investissement ou de renouvellement, une analyse des différents circuits de commercialisation et une expertise de la concurrence, le chef d’entreprise-ostréiculteur et les conseillers d’entreprise de CERFRANCE Gironde disposent d’éléments qui vont leur permettre de sécuriser la stratégie de développement et d’identifier les outils de suivi à mettre en place.

RELANCE DE L’OSTRÉICULTURE DANS LES MARAIS DU MÉDOC

Jusque dans les années 1970, l’ostréiculture était importante dans les ports du Verdon, de Neyran, Talais, Saint-Vivien, Jau-Dignac-et-Loirac et Valeyrac : 1 194 parcs de captage, 382 parcs d’élevage, 9 parcs d’affinage et d’expédition. Mais des maladies et des virus décimèrent les huîtres.La construction du terminal conteneurs au Verdon entraîna le remblaiement des marais et la destruction des parcs ostréicoles. Parallèlement, une pollution aux métaux lourds fut découverte dans l’estuaire. La contamination en cadmium était telle que la vente des huîtres fut interdite en 1996. Mais, depuis longtemps,l’idée d’une relance de l’ostréiculture dans l’estuaire de la Gironde faisait tranquillement son chemin.
Aujourd’hui, après plus d’un an d’expérimentation, tous les voyants sont au vert pour une relance de l’activité ostréicole. Les premières huîtres produites dans les marais médocains pourraient ainsi être commercialisées pour les fêtes de fin d’années de 2014. La bonne nouvelle est que l’affinage des huîtres dans le Médoc devrait être source d’emplois.