Quel est le mode de financement d’un véhicule adapté au jardinier paysagiste ?

Le financement du véhicule professionnel n’est pas à prendre à la légère. Plusieurs facteurs participent à votre choix : objectifs de l’entreprise, situation financière, environnement économique.

Votre expert-comptable pour jardinier paysagiste et votre conseiller spécialisé sont une aide précieuse pour vous aider à choisir le mode de financement le plus adapté à votre entreprise.

Pour votre véhicule professionnel, 4 choix de financements s’offrent à vous :

  • Le crédit-bancaire
  • Le crédit-bail
  • La location longue durée (LLD)
  • L’achat comptant

Tous les financements comprennent des avantages et des inconvénients, à prendre en compte, lors de votre décision.

Le crédit bancaire se rembourse mensuellement. Au remboursement du capital se rajoute es intérêts calculés au taux en vigueur au moment de la signature du contrat. Les coûts de fonctionnement : entretien, carburant… sont pris en charge par l’entreprise.

Le véhicule est une immobilisation de l’entreprise, à l’actif du bilan et s’amortit généralement sur 5 ans. Les intérêts de l’emprunt sont des charges déductibles.

Le crédit contracté augmente les dettes de l’entreprise et de ce fait réduit sa capacité de financement.

Le crédit-bail est réalisé par un organisme de crédit, contre le paiement d’une mensualité, et pour une durée déterminée au préalable. Le véhicule reste la propriété de l’organisme de crédit, et peut à la fin du contrat être racheté par l’entreprise. Le loyer du véhicule ainsi que les autres charges : entretien, assurance… sont à la charge de l’entreprise.

Ce mode de financement a un impact sur la structure du bilan en limitant les dettes au passif. Par ailleurs, les charges concernant le véhicule sont immédiatement déductibles du résultat.

Dans la plupart des cas, le véhicule peut être racheté pour une valeur décôtée, à la fin du contrat. Toutefois, ce financement nécessite un apport initial à la souscription du contrat.

La location longue durée (LLD) est confiée à un prestataire qui est en charge des services de maintenance et d’assistance concernant le véhicule. Un contrat est établi contre un loyer mensuel, entre 12 et 60 mois permettant de réaliser de 10 000 à 150 000 km.

A noter : le véhicule doit être remis au prestataire, une fois le contrat terminé, dans un état irréprochable ; sinon des frais de remise en état sont demandés. Le kilométrage, établi à l’avance, est pénalisé s’il est dépassé : il est préférable de modifier le contrat en cours en cas de dépassement kilométrique prévisible.

Ce mode de financement n’impacte pas lui non plus la capacité d’emprunt de l’entreprise car les loyers versés (prêt du véhicule + charges de maintenance) sont dans certaines limites des charges déductibles de l’entreprise. De plus, si l’entreprise a besoin de plusieurs véhicules les prix peuvent être négociés.

A noter : pour les jardiniers paysagistes, il peut être difficile de rendre véhicule servant sur les chantiers « en parfait état ». Les frais avant restitution peuvent être très conséquents !

Avec l’achat comptant, l’entreprise est propriétaire du véhicule qui rentre dans son patrimoine. L’achat est généralement amorti sur 4 ou 5 ans selon le kilométrage. Cela impacte directement la trésorerie de l’entreprise qui peut s’en trouver déséquilibrée.

Pour votre image de marque, prenez en compte l’aspect et le vieillissement de votre véhicule.

Faire le bon choix n’est pas facile : faites appel à votre expert-comptable pour les jardiniers paysagistes chez Cerfrance Gironde !